Les Réseaux Sociaux : Amis ou Ennemis de l'adolescence ?
Santé

Les Réseaux Sociaux : Amis ou Ennemis de l’adolescence ?

Les adolescents sont connectés, plus que jamais, à travers les méandres des réseaux sociaux. Cependant, une étude récente, menée outre-Atlantique, révèle que cette immersion numérique peut avoir des conséquences émotionnelles diverses, dépendant de la personnalité de chacun. Alors, les réseaux sociaux, amis ou ennemis de l’adolescence ?

Résumé de l’étude :

L’étude révèle la relation entre l’utilisation des médias sociaux et les symptômes dépressifs chez les adolescents, en se concentrant notamment sur des plateformes spécifiques telles que TikTok. Malgré certaines limitations de l’étude, celle-ci apporte des résultats novateurs. Elle souligne le manque de connaissances sur les corrélations potentielles entre des plates-formes spécifiques et les symptômes dépressifs chez les lycéens. Les conclusions de l’étude pourraient être utiles aux parents et aux cliniciens traitant des adolescents présentant des symptômes dépressifs élevés.

Par exemple, les cliniciens pourraient interroger explicitement les adolescents sur le temps qu’ils passent sur différentes plateformes de médias sociaux. Ils pourraient également utiliser le NARSM (un outil mentionné dans le texte) pour évaluer les éventuels biais cognitifs négatifs des adolescents envers le contenu des médias sociaux, en lien avec les attributions négatives généralement associées à la dépression. En ce qui concerne la personnalité, les parents d’adolescents très extravertis pourraient être rassurés par le fait que l’utilisation fréquente d’Instagram par ces adolescents ne semble pas être liée à leur santé mentale selon l’étude.

Bien que l’utilisation perçue du temps sur les médias sociaux soit une limitation de l’étude, les parents pourraient tout de même en tirer parti en surveillant le temps que leurs adolescents passent sur ces plateformes, ce qui peut être plus facile à contrôler que le contenu consulté ou les réponses émotionnelles des adolescents. En conclusion, bien que des études expérimentales supplémentaires et des informations plus détaillées sur l’utilisation des médias sociaux par les adolescents soient nécessaires, cette étude suggère que des inquiétudes spécifiques concernant certains adolescents (introvertis ou susceptibles d’avoir des réactions négatives aux médias sociaux) et certaines plateformes (notamment Instagram, TikTok et YouTube) pourraient être justifiées.

Les chiffres révélateurs

Entre 79 et 95 % des adolescents aux États-Unis font partie intégrante de la toile sociale, avec une utilisation fréquente et constante. Les chiffres ne mentent pas : les jeunes sont incontestablement connectés. Mais à quel prix ?

Une face sombre : YouTube et les symptômes dépressifs

Les résultats de l’étude pointent du doigt YouTube, associé à des niveaux plus élevés de symptômes dépressifs, indépendamment de facteurs tels que le sexe et l’estime de soi. Une invitation à la réflexion sur le contenu que nous consommons.

TikTok : entre tendance et pensée négative

Pour les adeptes de TikTok, un avertissement : l’utilisation de cette plateforme est liée à des symptômes dépressifs plus élevés chez les adolescents enclins à la pensée négative. Une analyse qui incite à une utilisation plus consciente de cette application en vogue.

Instagram : un double visage

Instagram, avec son esthétique visuelle, n’est pas en reste. Les résultats montrent que cette plateforme peut augmenter les symptômes dépressifs chez les adolescents ayant une faible ou moyenne extraversion. Un double visage qui nécessite une réflexion sur notre perception et notre interaction avec ce réseau.

Extraversion et expérience positive

Les adolescents extravertis peuvent cependant vivre une expérience plus positive sur Instagram. L’interaction avec les amis et une vision positive globale peuvent jouer un rôle majeur dans la manière dont cette plateforme influence leur bien-être émotionnel.

Métacognition : une clé pour la santé mentale

Face à ces constats, une recommandation s’impose : la métacognition, c’est-à-dire la réflexion sur ses propres pensées et émotions, peut être la clé pour éclairer la santé mentale des adolescents et des adultes utilisant les réseaux sociaux.

Une invitation à la réflexion

Il est impératif que les adolescents prennent du recul et réfléchissent à l’impact émotionnel de leur utilisation des réseaux sociaux. Comment se sentent-ils après avoir scrollé pendant des heures ? Cette introspection peut être le premier pas vers une utilisation plus saine de ces plateformes.

Conclusion : Amis ou Ennemis, à Chacun son Choix

En fin de compte, les réseaux sociaux peuvent être des amis ou des ennemis, selon la manière dont on les approche. Il appartient à chaque adolescent de prendre conscience de son propre rapport avec ces plateformes et d’adopter une approche réfléchie pour préserver sa santé mentale. L’heure est venue de se demander : les réseaux sociaux, amis ou ennemis de votre bien-être émotionnel ?

Source : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/jad.12243

5/5 - (1 vote)

Vous pourriez également aimer...